Vente en ligne de vins

Par domaine

Les vins du guide Hachette 2016

Recherche avancée


Réinitialiser ma recherche
Cumulez des points à chaque achat 1€ dépensé = 1 point fidélité = Bon d’Achat

- Pour 500 points, obtenez un Bon d’Achat de 25 €.
- Pour 1000 points, gagnez un Bon d’Achat de 50 €

 

NOS AMIS

Vendanges 2014 en Bourgogne

  • Vendanges 2014 en Bourgogne

Les vendanges se terminent dans notre belle région de Bourgogne.

 

Après un temps très pluvieux tout l’été et des sols chargés d’humidité, le risque de pourriture était présent. Heureusement, la Bourgogne une nouvelle fois « bénie des Dieux », a connu pendant trois semaines avant les vendanges, des conditions idéales : vent, nuits fraîches et journées ensoleillées. Parfait pour assécher les premiers foyers de risques de pourriture et pour permettre aux raisins une longue et douce période de maturation. Les viticulteurs ont commencé leurs vendanges entre le 11 et le 13 septembre 2014, pour les plus précoces. La cueillette des raisins s’est faite sous un soleil radieux, contribuant à cette atmosphère souvent joyeuse et colorée, ci-propre aux vendanges.

 

Pour la grande majorité des domaines, les vendanges se font manuellement et les raisins sont transportés dans des caisses percées, de petites tailles afin de conserver au maximum l’intégralité des raisins. Après une sélection scrupuleuse sur la table de tri et un égrappage (plus ou moins complet), les raisins sont ensuite déversés dans les cuves de fermentation afin d’y subir dans un premier temps la macération dont la durée peut varier d’une année à l’autre, en fonction des conditions. Dès leur arrivée en cuve, il est possible de pratiquer une macération à froid pendant quelques jours (5 à 6 jours).

 

 

Le principe consistant à refroidir la vendange (grâce à des échangeurs de froid ou de la neige carbonique) afin de retarder le départ de la fermentation. Pour ensuite activer la fermentation alcoolique (la transformation des sucres en alcool), il est possible de chauffer légèrement les cuves afin de favoriser l’action des levures qui commencent ainsi leur travail et transforment le sucre en alcool. Plusieurs fois par jour, des contrôles de densité et de températures sont effectués pour veiller au bon déroulement de la fermentation.

 

 

 

 

 

Le pigeage est également un travail quotidien. Il consiste à casser le chapeau formé par la partie solide des raisins, situé au-dessus de la cuve, alors que la partie liquide, s’écoule naturellement par gravité dans le bas de la cuve. Cette opération permet d’activer l’action des levures naturelles de mélanger les parties solides et liquides et d’extraire ainsi tous les composants qui donneront des arômes, des tanins. Le pigeage peut se faire automatiquement mais aussi manuellement, à l’aide de pigeur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La méthode la plus ancestrale (disons aussi folklorique) est celle qui consiste à rentrer pieds nus dans la cuve et de casser le chapeau à l’aide de ses seuls mollets !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour les raisins blancs, le tri est suivi d’un pressurage automatique direct. La durée du pressurage peut varier en fonction du matériel utilisé mais il est toujours préférable un cycle long, garant de qualité. Le jus de presse est ensuite logé dans les cuves ou dans des fûts pour commencer sa fermentation.

 

Ce travail de vinification vient de commencer, vendanges terminées, et se prolongera dans les prochaines semaines. Il faudra attendre quelques mois avant de commencer à déguster des vins (encore très bruts) et juger du potentiel de ce nouveau millésime.

Carole.